Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoire et civilisations anciennes

Histoire et civilisations anciennes

Voyage dans l'Antiquité, 4000 ans d'Histoire des civilisations.

Anoukis, déesse égyptienne

      Elle engendre le reflux de la crue, son rôle est ainsi complémentaire de celui de Satis.

Anoukis

 

Anoukis, déesse égyptienne

 

      Dernière arrivée dans la triade des divinités d’Eléphantine, Anoukis, ou Anouket, a l’apparence d’une déesse nubienne, avec sa coiffe de plumes fichées dans un modius, l'élément circulaire servant de base à certaines couronnes. Comme toutes les déesses, elle porte une robe moulante à bretelles à la mode de l’Ancien Empire et ne se distingue guère par ses attributs.

      Régnant sur les territoires de l’extrême sud de l’Egypte et de la première cataracte, elle est plus particulièrement responsable du reflux de la crue (le flot ânek) permettant aux graines de germer. Son rôle est ainsi complémentaire de celui de Satis. La gazelle lui est consacrée. on en élevait auprès de son sanctuaire de l’île de Séhel. Chaque année, à la saison des récoltes, son effigie, abritée dans le temple de Satis à Eléphantine, se rendait en barque sur l’île de Séhel, au cours d’une fête qui durait plusieurs jours et qui était l’occasion de grandes réjouissances. C’était l’aboutissement de son rôle protecteur et fertilisateur.

 

Khnoum, Satet-Satis et Anouket-Anoukis, triade d’Éléphantine, XXe dynastie, île d’Éléphantine, Assouan, Égypte Ancienne.

 

Satis

 

Satis, grès peint, Musée du Louvre

 

      Satis, ou Satet, et Anoukis, les deux déesses de la première cataracte, constituent avec Khnoum une triade qui n’a pas la forme classique père-mère-enfant et qui s’est constituée assez tardivement. En effet, Satis, “Celle de Séhel” comme l’indique son nom, apparaît d’abord seule, indépendamment de Khnoum, avant de constituer avec lui un couple, pas avant le Moyen Empire. Ce n’est que dans un deuxième temps qu’Anoukis, figure indépendante également, leur est associée sans avoir de statut bien défini au sein de la triade.

      Satis se présente comme une femme vêtue du traditionnel fourreau, et coiffée de la couronne blanche du Sud flanquée de deux cornes d’antilope ou de gazelle dorcas, qui lui est définitivement attribuée à la fin du Moyen Empire. Auparavant on peut en effet la trouver coiffée de sa seule perruque ou de la couronne rouge. Satis possède un sanctuaire dans l’île d’Eléphantine dès l’Ancien Empire. Responsable de la venue de la crue, elle se présente parfois comme une archère dont la flèche déclenche le processus de l’inondation - ce geste (setji) formant un jeu de mots avec son nom dont la graphie utilise souvent le même idéogramme (la peau d’animal percée d’une flèche). A l’époque tardive, en tant que responsable de la crue, elle est parfois assimilée à Sothis dont le lever héliaque accompagnait ce phénomène. Leurs noms, très proches dans la prononciation grecque, sont pourtant différents dans l’écriture hiéroglyphique. Ce n’est donc que leur fonction qui a conduit à ce rapprochement.

 

Temple de Satis, île d'Eléphantine

 

Source : La mythologie égyptienne

 

A lire aussi...

Panthéon des Dieux et Déesses égyptiens principaux

 

 

Haut de page

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article